Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Sommes Nous?

  • : Emilie & Loïc : l'école buissonnière autour du monde
  • Emilie & Loïc : l'école buissonnière autour du monde
  • : Emilie et Loïc -STOP- 34 et 37 ans -STOP- mariés - Maman et papa d'Ulysse, 4 ans ! et Olympe 2 ans -STOP-Passion:"Voyage, voyage..."-STOP-
  • Contact

Rechercher Sur Ce Blog...

Archives

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 18:10
Voici le dernier récit 100% " made in Australia"  d'Hélène: nous ne pouvions pas nous empêcher de le partager avec vous.
Souvenez-vous: retour 3 ans en arrière... Hélène était venue nous voir au pays des Aborigènes durant notre tour du monde. Elle y a rencontré Martin, allemand, qu'elle a rejoint il y a deux ans.
Voici de leurs nouvelles directement venues de la côte ouest de l'Autralie: récit d'une pêche miraculeuse  !

Dimanche dernier nous sommes partis pêcher avec un ami, Tim, sur les bords de la "Fitzroy River" à environ 130km au nord de Broome. Aux abords de Derby, là où elle rejoint l'océan Indien, elle est infestée de crocodiles, difficile d'accès en raison de la boue lors de la saison des pluies, mais offre un superbe spectacle et un attrait bien particulier pour les amateurs de pêche : elle regorge de "Barramundis", ce poisson-roi du Nord de l'Australie, qui fait rêver mais que peu peuvent se vanter de ramener de leurs parties de pêche ! Sa chaire est blanche et delicieuse, fine, un regal qui fait son prix dans les restos et poissonneries a Broome !
 
Levés a 4h du mat, nous voilà partis avec Tim qui connait bien les lieux, je vous laisse deviner que pour rien au monde je n'aurais mis un orteil à l'eau vu le nombre de crocs dans les parages, et vu qu'à cette saison avec la chaleur terrible qu'il fait, ils restent planqués dans l'eau et se montrent à peine, mais sont aussi très agressifs et à l'affût ! Helene and Martin with their 74,78 and 59 cm barras
 
Bon sang ! On en a pourtant déjà eu de belles émotions de pêche, mais celle-la !! Dans l'après-midi Martin a sorti de l'eau son tout premier barramundi, 59cm de long !! Quelle joie et quelle fierté ! Quelques minutes plus tard, je sens que ça mord, que ça mord bien fort même ! Je laisse la prise partir avec ma ligne, soudain elle s'arrête, je commence à la ramener, mais elle se débat et fuit s'abriter dans les racines de mangrove sur ma gauche... danger ! Je risque de tout perdre, alors Tim vient à la rescousse, et Martin accourt aussi... je tiens bon, la prise cesse de se débattre... je la ramène cette fois definitivement sur les berges : un magnifique barramundi qui s'averera mesurer 74cm !!!! Exceptionnel !! La longueur maximale légale d'un barra à la pêche étant 80cm, je peux être contente ! (au-delà de 80cm ils sont en pleine reproduction, il faut les relâcher).
 
L'histoire n'est pas terminée : je venais tout juste d'enlever mes chaussures, de m'asseoir un peu pour me remettre de mes émotions, tout en ayant tout de même remis ma ligne à l'eau, on ne sait jamais - quand quelques minutes plus tard je sors un second barra des eaux, 78cm celui-là ! Et toute seule, Martin et Tim s'étant eloignés. Je me suis retrouvée à patauger sans chaussures dans 30cm de boue au bord de la riviere ! Quel bonheur ! On exhultait tous les trois !!
  P1100154
Je vous embrasse !
Helene

Repost 0
Published by Hélène & Emilie - dans Océanie
commenter cet article
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 22:23

On nous avait dit que l'ile du Sud etait humide et que le climat etait bien meilleur au nord de la Nouvelle-Zelande. Et bien nous avons vecu l'inverse! En fait , nous aurions du traduire "Aoteaora" avant; c'est le nom maori de la Nouvelle-Zelande, qui signifie "le pays aux longs nuages blancs".
Depuis notre arrivee, les journees ensoleillees alternent malheureusement avec des jours de pluie ou de brouillard. Il faut dire qu'ici les nuages ont l'embarras du choix pour trouver un refuge: les hauts volcans attrapent au vol la moindre perturbation ! Ainsi, ne pouvant attendre eternellement que le ciel cesse ses caprices, nous avons quand meme realise le parcours prevu, et decouvert, au gre des eclaircies, un paysage volcanique quasi-parfait.

plage de sable noir, New Plymouth.En effet, sur l'ile du Nord, ce sont les volcans qui ont imprime leurs formes aux paysages et laisses leurs couleurs sur la terre. Ainsi, au pied du Taranaki (2518m, dont Loic a fait l'ascension au petit matin pour vous livrer une belle photo, du lever du soleil; cf album photo Oceanie) situe sur la cote ouest, les plages sont de sable noir (comme sur l'ile de la Reunion, sauf que la temperature de l'eau n'est pas la meme !)

Champ de lave, Tongariro CrossingMais le plus beau paysage volcanique reste celui que nous avons vu durant la Tongariro Crossing (Traversee du Tongariro), randonnee de 16 kms, dans un parc naturel.  Nous avons d'abord longe durant 3 kms un champ de lave parseme de roches volcaniques diformes, puis nous nous sommes hisses jusqu'a 1900m pour decouvrir un alignement de crateres, sortes d'anneaux de feu dans un paysage lunaire fait de rouge et de noir. Le volcan Ngauruhoe (2287m), cone parfait, nous dominait alors que nous marchions dans un vaste cratere. Enfin, nous sommes arrives aux "lacs d'emeraude", eblouissants de beaute. Au loin, des fumerolles s'echappaient... Nous etions bel et bien en voyage au centre de la Terre...Le red crater, et en arriere plan le volcan Ngauruhoe.

Les lacs d'emeraude, Tongariro Crossing


L'activite des volcans dans la region est loin de pericliter aujourd'hui, comme en temoigne l'eruption de 1996. A present, la vegetation repousse cependant peu a peu.

 

 

C'est d'ailleurs une terrible eruption qui crea le lac Taupo, plus grand lac de Nouvelle-Zelande (600km2), il y a plus de 26 000 ans. Aujourd'hui, le lac Taupo occupe la vaste caldeira laissee par le volcan eponyme. Dans la region, des traces evidentes de volcanisme sont partout visibleTroue de boue et emanation de soufre, Rotoruas et odorantes.  A Rotorua (qui en maori signifie "le 2eme lac"), ca sent l'oeuf pourri dans toute la ville, a en avoir parfois la nausee ! Cette odeur est caracteristique du soufre, qui s'echappe du sol en de nombreux points de la ville; Des vapeurs chaudes nous enveloppent parfois... Autour du lac Rotorua, lui aussi d'origine volcanique, il y a des dizaines de trous de boue, de geysers... On entend blup, blup et l'on voit de petits bouillons remonter a la surface de la  Terre. Le sol fume, les eaux clapotent... C'est impressionnant de se retrouver face a une telle activite geothermique.

A present, notre derniere etape neo-zelandaise se termine, puisque nous allons rejoindre Auckland lundi 5 mars, au matin. Nous quitterons donc ce pays extraordinaire dont le principal defaut est d'etre aussi loin de chez nous ! Ici, la nature est variee, parfaite dans les formes de son relief (fjords, montagnes, glaciers, volcans, lacs...): une lecon de geographie a l'etat pur ! Cette nature est aussi tres preservee, ce qui la rend precieuse. La Nouvelle-Zelande est donc vraiment un pays ou l'on respire et nos bouffees ont toutes eu le gout du bonheur. E noho ra ! (au revoir !)

 Point culminant de notre rando, 1900m, Tongariro Crossing.

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 23:48

Nous sommes bien arrives le 20 fevrier a Wellington, non sans regrets d'avoir a quitter  l'ile du sud, si vite.  Et oui, meme au cours d'un tour du monde, 15 jours par ici, 15 jours par la, dans un pays ou il y a tant a faire, c'est trop court ! L'ile du sud, c'est un chemin de Grande Randonnee a elle toute seule, une "scenic drive" (route panoramique) a chaque virage. Mais nous gardons en memoire de beaux paysages, les milliers de reflets argentes des lacs, les impressionnants glaciers, de feeriques forets... ainsi que les bons moments passes en compagnie d'Arie et Tracy, et de Marion, Thomas et Mia, qui font aussi un tour du monde.

Mardi donc, nous avons embarque a bord d'un enoorme ferry (8 niveaux tout de meme !) pour traverser le detroit de Cook, qui separe l'ile du Sud de celle du Nord, pendant 3h. Au programme : sieste et lecture pour Emilie, et seance photos pour Loic qui n'avait d'yeux que pour le splendide fjord  aux eaux turquoises par lequel nous passions.

A l'arrivee dans le port de Wellington, capitale de la Nouvelle-Zelande, nous avons ete punis pour nos mauvaises habitudes ! En effet, ayant rendu notre voiture de location a Picton, nous etions redevenus de simples voyageurs a pied... trainant , en plus de nos sacs a dos, tout noptre barda de camping (tente, tapis de sol, oreillers et couvertures 'empruntes' dans l'avion, popote, alimentation... Quelle galere ... quand on a pris gout a la voiture !
Pour couronner le tout, ici, c'est la haute saison (l'ete), et tout est complet (bien sur, nous n'avions rien reserve !) : impossible de louer une voiture avant le 23 a un prix decent, hotels affichant "no vacancy".. Nous avons fini par trouver deux lits en dortoir a l'Auberge de Jeunesse, qui, en plus d'etre au coeur de la ville, offre d'excellentes prestations (notre fenetre donne meme sur le supermarche! Quelques descentes quotidiennes nous permettent d'assouvir nos frustrations alimentaires de voyageurs partis deja depuis plus de 5 mois !).

Alors, nous voici condamnes a Wellington pour 2 jours, nous qui avions prevu d'y passer le moins de temps possible, en fideles amoureux de la nature. Comment donc occupons nous notre temps ?
- nous frequentons assidument les centres internet,
- nous visitons a loisirs l'excellent Te Papa National Museum, dont il nous fait signaler la gratuite !
- nous nous cuisinons de bons petits plats dans l'un des cuisines equipees de l'auberge,
- se promener dans le port et assister aux entrainements de sports.

- et enfin, se faire appeler par sa maman a la reception !

Wellington est ainsi une capitale assez petite, contrairement a ce qu'il nous a  ete donne de voir auparavant (Bangkok a cote, c'est un Etat federal !).
Mais meme si les 3/4 des Neo-Zelandais vivent sur l'ile du Nord, la nature y semble aussi belle, et nous ne sommes que trop presses d'aller a sa rencontre, dans les prochains jours.

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 03:23

Il etait une fois, deux voyageurs s'en allant gaiement, par-dela les monts et les oceans, visiter de nombreux pays. Un jour, ils arriverent dans un pays lointain, le plus lointain de leur voyage, si lointain qu'il ne fut decouvert par les Europeens qu'en 1642. Cette annee la, un navigateur hollandais du nom d'Abel Tasman decouvrit les cotes d'une nouvelle terre, et la nomma "Nouvelle-Zelande" (Nieuw Zeeland en neerlandais, ce qui signifie "la nouvelle terre sur les mers"). Mais ce pays lointain est en fait un archipel compose de deux iles principales, bordees par l'ocean Pacifique. D'ailleurs, ce sont des peuples d'origine polynesienne qui l'ont peuplee en premier, et aujourd'hui les Maoris representent une faible part des 4 millions d'habitants.

Des leur arrivee sur cette terre ( a Christchurch), nos deux aventuriers vecurent des choses extraordinaires. Ils virent des forets bien differentes de celles qu'ils avaient vu auparavant. Dans celles-ci, il regne une atmosphere etrange, si etrange qu'on les dirait enchantees.

 Les arbres ont des formes surprenantes, et semblent animes. A chaque pas, nos voyageurs s'attendent a voir une bouche s'animer sur un tronc. A chaque instant, ils croient voir des yeux, la, dans ce trou. Ils imaginent rencontrer des lutins ou meme une fee... Dans ces forets, tout est recouvert de lichen, de mousse...meme les pierres dont on ne sait si elles ont des pouvoirs magiques.

Parfois, des champignons aux couleurs extraordinaires s'offrent a leurs regards, mais ni l'un ni l'autre n'osent y toucher.
Et surtout, partout, des fougeres, parfois immenses, recouvrent le sol. Au centre, les nouvelles feuilles s'enroulent sur elles-memes avant de s'ouvrir au grand jour. Pas etonnant que cette plante soit l'embleme de la Nouvelle-Zelande !

Finalement, nos voyageurs sortirent de la foret, heureux de n'avoir fait aucune mauvaise rencontre. Ils marcherent encore longtemps, jusqu'a parvenir au bord d'un lac, lui aussi mysterieux. Il etait couvert d'un epais brouillard et l'eau paraissait trop sombre, trop tranquille. Que de legendes ont deja ete colportees au sujet de ces lacs... On dit meme qu'un monstre et des creatures issues du bestiaire maori y vivent, mais personne ne les a jamais vues. L'ambiance y est dramatique. Ils se rappelerent d'ailleurs, a juste titre, que c'est dans ce pays que fut naguere tourne "le Seigneur des Anneaux".

Mais d'un coup, alors que les deux amoureux se serraient l'un contre l'autre pour se rassurer et aussi se rechauffer, car il faisait froid, Dame Nature, de sa baguette magique, a ordonne aux nuages de disparaitre et a l'ete de reapparaitre ! Tres vite, le brouillard s'evapora, le soleil fit son apparition et nos voyageurs purent voir, ebahis, les merveilles qui se cachaient derriere cet epais rideau de brume. Plus de peurs, plus d'inquietudes, ni de chair de poule !
A l'instant meme, ils virent de hautes montagnes partout autour d'eux, encore enneigees en leur sommet. Ils pouvaient distinguer des moutons par milliers dans les verts paturages. Les lacs redevinrent bleus, meme turquoises, d'une beaute irreelle. Comme par magie, de jolies fleurs de montagne dansaient devant leurs yeux, l'eau claire des rivieres caressait de gris galets, de sages abeilles butinaient...

Meme l'odeur des pins etait revenue.


Apres de longues heures de voyage, ils parvinrent ensuite dans la region des fjords, ou les pics rocheux rivalisaient entre eux de hauteur et de beaute, ou de hautes cascades se jetaient dans l'eau, couvertes d'un voile vaporeux.




Ils virent meme des otaries qui se prelassaient au soleil. Ils n'en crurent pas leurs yeux.

Nos voyageurs purent ainsi randonner de longues heures autour des lacs et des montagnes. C'est ainsi qu'ils rencontrerent Aoraki (Mont Cook), la plus haute montagne de Nouvelle-Zelande, sacree pour les Maoris. Ils purent camper parfois, en prenant bien garde de s'enrouler dans de chauds duvets, au cas ou, d'un coup, tout redeviendrait mysterieux...

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 23:05
Notre premiere etape oceanienne se termine, avec succes. Nous avons fete Noel et passe le cap de 2007 ici... ainsi que la moitie de notre tour du monde ! Que de symboles...
Le pays, qui presente une grande diversite nous a enchantes... Nous en attendions beaucoup, nous avons tout eu ! Retour sur 6 semaines hautes en couleur, pour le meilleur et pour le pire !

LE MEILLEUR DE L'AUSTRALIE :
- La Grande Barriere de Corail, merveille de biodiversite. Nous repensons souvent a ces moment uniques, passes dessous le Pacifique. Amis plongeurs, a vos tubas !
- Les 15 jours passes avec Helene, notre cadeau de Noel ! Des souvenirs inoubliables entre amis !
- Le camping : une tente, deux tapis de sol, des couverts en plastique et c'est parti ! Nous felicitons tous les campings australiens pour leurs excellents equipements :cuisine equipee, piscine,  sanitaires impeccables, personnel serviable... Que demander de plus ?
- Les oiseaux : concert tous les matins (meme a Sydney !), des couleurs eclatantes : rouge et bleu, jaune, vert, rose et gris, blanc et jaune...  Quand aux papillons...
- La Poste : tous nos courriers sont arrives en 7 jours maxi ! (et non deux mois comme nos cartes postees en Thailande!)
- Les arbres : les plus beaux arbres jamais vus sont ici ! Immenses, majestueux, toujours en bonne sante,  des formes parfaites !
- La securite alimentaire.
- Les vols interieurs avec Qantas, tres bonne compagnie (hmm ! Les mini-mars donnes en cachette par les hotesses !). Les sauts de 2000 kms en avion sont tres pratiques!
- Les villes, si bien organisees et pensees.  Ici, on a toujours le sentiment que tout est neuf, partout. Les equipements publics sont fantastiques : des sanitaires partout et tres propres, des barbecues a profusion (gaz ou electricite gratuits), des aires de jeux modernes, de l'eau potable a volonte, des tables de pique-nique impec, meme au milieu de la foret... La France aurait beaucoup a en apprendre ! Quant aux chemins de randonnee, ils sont tres tres bien balises. Bravo !
- La conscience ecologique des Australiens : jamais nous n'avons vu un lieu sale. Il y a beaucoup d'espaces verts en rehabilitation, la nature est sauvage, tres protegee. Les panneaux de la route previennent sans cesse de la presence d'animaux (meme des canards!)...
- Les voitures de location : souvent automatiques, parfois neuves (comme la derniere qui n'avait que 29 kms au compteur), ... Parfois aussi des minirettes rigolottes !
- La prevention : que de mises en garde contre la chaleur, les meduses, les incendies, ... Et a chaque risque, une solution est proposee : sur les plages, du vinaigre est partout a disposition en cas de piqure de meduse, malgre les filets anti-meduses places et les Life Guards qui surveillent. Sur les lieux de randonnee particulierement exposes a la chaleur, on trouve de l'eau potable (tres chaude, mais de l'eau quand meme !), un thermometre, des telephones pour appeler les rangers en cas de probleme etc. La encore, la France devrait piquer quelques idees...

LE PIRE DE L'AUSTRALIE:
- Le cout de la vie ! L'Australie, c'est la depouille tous les jours ! Les chambres en auberge de  jeunesse sont a 50 euros, une bouteille d'eau a 3euros,  les fruits et legumes toujours a 6 euros le kilo (meme les kiwis qui viennent de Nouvelle-Zelande coutent parfois 0,70 $ piece !). Bref, meme en campant, en louant des voitures au prix le plus bas, et en se cuisinant nos propres repas, le budget est serre !
- Le desarroi des Aborigenes, un "crime contre l'Humanite".
- Les meduses qui empechent ou rendent dangereuse toute baignade sur les cotes tropicales, en ete.
- Les 5700 kms de voiture : des routes parfois interminables. L'equivalent tout de meme de Lille-Dakar !
- L'accent terrible de certains Australiens !
- Notre bemol ecolo : un pays immense, concu pour la voiture et l'avion ! Rares sont les passages pietons ici, car rares sont les pietons ! Comme partout, trop de 4x4 polluants, des distances enormes....
- La nourriture : fromage en plastique, jambon deg..., pain de mie sans saveur, confiture "aux vrais fruits", pour vraiment aider le consommateur a y croire, ... Pas le top de la gastronomie ! Et en plus, comme dit plus haut, c'est hors de prix !
- La chaleur dans la tente la nuit ( 30 degres  dans le centre du pays la nuit !) ou le matin lorsque le soleil chauffe des 6h... Etouffant ! Impossible de dormir au dela de 7h (rendez vous compte !! ! )
- Les mouches ! ! ! Horripilantes !
- on n'a pas vu un seul koala, snif, snif! Pourtant, on a scrute des centaines d'eucalyptus,...
- et enfin, ca aurait pu etre pire, mais quand meme : la belle et profonde brulure a la main gauche d'Emilie, victime d'une prise d'assaut par une lasagne bouillante sortant du micro-onde... Grosse douleur,et gros bobo pas beau! Mais bon, on soigne tout ca avec de la patience. Alors, faite attention a votre micro-onde !

L'AUSTRALIE, C'EST AUSSI :
- des dizaines de boites de conserve de mais, de betterave et de thon (Helene est devenue fan, n'est-ce pas?)
- des centaines de litres d'eau...
- des milliers de kilometres !

Voila donc, pour l'Australie. C'est  vraiment un pays magnifique dont les habitants jouissent d'une qualite de vie exceptionnelle. C'est aussi une formidable destination pour tous ceux qui aiment la nature. Il faut juste avoir un peu de temps devant soi...! Bien sur, nous aurions aime faire et voir beaucoup plus ici, mais nous ne regrettons en rien notre parcours ! quand a l'option camping, on ne savait pas vraiment avant de partir si on pourrait jouer cette carte la, mais Bingo ! Ici, c'est le paradis des campeurs ! Alors, n'oubliez surtout pas d'inscrire l'Australie sur votre liste (oui, oui, avouez-le, certains d'entre vous tiennent des listes !)

Devant nous, a present, la Nouvelle-Zelande et nous sommes plus motives que jamais pour decouvrir cet archipel.
Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 09:08
Apres nos trois premieres etapes australiennes resolument tournees vers la nature, nous sommes arrives a Sydney le 23 janvier, presses de decouvrir la vitrine du pays, dont on croit souvent a tort qu'elle en est la capitale. Ainsi, apres avoir parcouru pres de 6000 kms en voiture de location ces dernieres semaines, nous avons decouvert une ville a des annees-lumiere de l'outback australien : quand on repense a ces pompistes arrieres et rustres qui n'ont jamais du sortir du bush ... (n'est-ce pas Helene !) Sydney, c'est une tout autre Australie. Ici, les filles sont branchees (si l'on considere qu'une paire de lunettes de soleil type " panneau solaire" est un accessoire a la mode), les mecs gonfles de partout; Les ploucs en chaussures de rando et sac-a-dos, c'est nous !

Cependant, d'emblee, Sydney nous a fascines. En centre-ville, si l'on porte son regard a 360 degres, tout est impressionnant. Imaginez-vous, a votre gauche, le quartier des affaires, avec ses audacieuses tours elancees, en face, le Sydney Harbour Bridge, renversant, devant encore, la deja mythique Sydney Opera House, unique au monde, a votre droite, le port et la baie, et enfin derriere vous, les arbres centenaires du Royal Botanic Garden... C'est tout simplement subjuguant.

Vue sur le quartier des affaires de sydney depuis le jardin botanique
Que d'atouts! Et pourtant, l'histoire de Sydney est recente, comparee a nos villes d'Europe. La colonie a ete fondee en 1788 par les Britanniques, desireux d'en faire un centre penitencier. Le 26 janvier 1788, la Premiere Flotte est arrivee dans le port que l'on nomme Sydney en l'honneur du secretaire d'Etat a l'Interieur, Lord Sydney. Aujourd'hui, cette date correspond a Australia Day, la fete nationale et les australiens commemorent avec fierte cet evenement : drapeaux, bieres et barbecues sont de rigueur!

Le ponf metallique de sydney qui fete ses 75 ans cette anneeMais partout a Sydney, le passe est present. On se croirait dans les annees 1920' ou 30', allez disons en 1932, date a laquelle le pont metallique enjambant la baie a ete termine. On imagine aisement les dockers s'affairant sur les quais, les banquiers, sortant d'un monumental building victorien, a qui il ne manque aujourd'hui plus que le cigare d'antan.  On croirait voir les dames avec ombrelles et crinoline, se promener dans les allees fleuries du Jardin Botanique, fonde au XIXeme siecle...
Mais Sydney est aussi definitivement tournee vers le futur. Quel meilleur symbole que l'Opera, dont l'architecture complexe, evoquant un coquillage, rappelle le lien, passe et actuel, de la ville avec la mer.

Loic devant l'Opera de Sydney

Les "three sisters", " trois soeurs", dans les Blue MountainsEnfin, pour ceux que les villes effraient Sydney offre un cadre de vie ideal a ses 4 millions  habitants : climat ideal, nombreux espaces verts, plages de sable fin comme la celebre Bondi Beach... Et pour couronner le tout, en guise de banlieue : les Blue Mountains ! Cette chaine de montagne culminant a environ 1200 metres est classee au Patrimoine Mondial de l'Humanite. Nous y avons passe toute la semaine derniere. Apres 2 jours de mauvais temps et de motel, ciel bleu et soleil sont revenus pour nous permettre de camper de nouveau et nous offrir le plus beau visage de ces montagnes que les vapeurs d'eucalyptus rendent bleues. Au programme : larges canyons, vallees arborees,  et falaises: un pur bonheur de randonneurs !Emilie face aux Blue Mountains



Bref, vous l'aurez compris, Sydney a beaucoup de charme et nous ne lui avons trouvee aucun defaut. C'est sans doute la ville de notre tour du monde que nous attendions le plus... Elle nous l'a bien rendu !

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 01:39

En arrivant dans le Queensland, nous avons retrouve ce que nous pensions avoir definitivement laisse derniere nous en Asie: une region tropicale et tout ce qui va avec, a commencer par une moiteur difficilement supportable (si, si maman, pire qu'a Bangkok !). Ici, c'est la saison des pluies et tout est vert. Le contraste avec le centre de l'Australie, sec et tout rouge, est saisissant. Les montagnes environnantes sont toutes recouvertes d'une foret humide qui apparait plus dense qu'en Asie du Sud-Est lorsqu'on s'y enfonce. Les arbres sont gigantesques et les racines demesurees; Des lianes tombent de partout, formant avec les racines aeriennes pendantes un rideau vegetal impressionnant. Dans une telle luxuriance, ca grouille de partout, bien evidemment ! : les rivieres sont toutes peuplees de crocrocrodiles (C'est dur a dire !), d'insectes en tous genres et autres serpents, comme ce fameux python de 4 metres decouvert mort au bord de la route, avec un wallaby dans l'estomac!  Ca donne la chair de poule !

Bien entendu, ici, tout pousse et  l'on trouve quantite de fruits delicieux, provenant d'immenses plantations alentours: mangues juteuses, lychees, bananes, peches, mais aussi canne a sucre, cafe...
Une escapade en minirette (la plus petite voiture de location qui soit, une Daihatsu moulee sur un pot de yaourt, munie de 4 roues!) jusqu'a Cape Tribulation nous a fait decouvrir ces paysages magnifiques, mais aussi des plages, peut-etre les plus belles qui soient, sauvages et bordees de foret dense. La temperature de l'eau, goutee du bout du pied, vous fait immediatement regretter la presence de meduses dangereuses !

Ca, c'est pour le jour. La nuit, on prend les memes ingredients tropicaux, et on recommence : sueurs moites, moustiques, reveil automatique des 5h du mat' par tous les oiseaux (un vrai concert !), pluie le matin...
Mais rassurez-vous, depuis 3 semaines, nous devenons les rois du camping. Pour preuve, on s'equipe tout doucement : couverts et assiettes en plastique (une revolution !), boite micro-ondable pour rechauffer les succulents mets australiens surgeles (hmmm!), fil a linge et epingles... ! Maintenant, on sait aussi reperer les bons emplacements : herbe touffue  pour dormir confortablement, ombre pour ne  pas se reveiller a 7h du matin, ruisselants de sueur. Vivre et dormir de cette facon nous plait, et nous permet de realiser de substantielles economies (car le cout de la vie n'a toujours pas diminue depuis un mois; Cf Records de budget).

Enfin, ca faisait longtemps longtemps qu'on l'attendait... Zoro est arrive ! (Euh ! Pardon !), nous avons realise hier un reve, qui restera sans aucun doute l'un des grands moments de ce tour du monde : une sortie sur la Grande Barriere de Corail. Ce que nous avons vu etait tout simplement irreel, de l'ordre du magique, de l'inenarrable. Du corail a profusion, un kaleidoscope de couleurs, une visibilite de plus de 20 metres, un ballet de poissons tropicaux exceptionnels.. Pour la petite liste : poissons-clowns (Nemo !)Poisson clow et son anemone, poissons-perroquets demesures (80 cms), gros Napoleons (1 m), 3 tortues, requin pointe-blanche et requin leopard (inoffensifs), et quantites de petits poissons qui s'etaient semble t-il donnes rendez-vous pour nous offrir ce que le monde sous-marin fait de mieux. Nous nagions en pleine carte postale...  

Tortue sous marine         Image satellite d'une partie de la grande barrière de corail (NASA)

Corail

2 heures de bateau sont necessaires depuis Cairns pour se rendre sur la Grande Barriere, ou nous avons snorkelle et ou Loic a fait une plongee-bouteille. La Barriere de Corail est le seul organisme vivant visible depuis la lune, s'etendant sur 2000 kms de long. Elle s'est formee il y a plusieurs millions d'annees. Contrairement a ce que l'on croit, le corail est un animal et non un rocher. Tres fragile, il est aujourd'hui largement menace par les pollutions diverses et le rechauffement climatique. Face a cette merveille de la nature, hier, plus que jamais, nous mesurions notre chance d'etre la.

 

Les photos sous-marines ne sont pas les notres, faute d'equipement ! Pardonnez cette importation...

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 03:46

Apres avoir accueilli 2007 a Fremantle (pres de Perth) dans la joie, en compagnie d'Helene et de Martin (allemand), de Tracy (anglaise) et de Arie (sud-africain), nous avons quitte l'ouest australien le 01.01.07 en avion.














A 16h, nous atterissions dans la ville la plus centrale d'Australie, qui repond au joli nom d'Alice Springs (Helene et Loic vous diront qu'elle n'en a de joli que le nom ! C'est deja ca !). Gros choc thermique a notre descente de l'avion sur le tarmac : une chaleur torride, un vent brulant, exactement comme si nous etions devant un radiateur. Nous pensions que cela etait du aux reacteurs de l'avion, mais non ! Au bas mot :  45 degres ! Chaud devant !

Des notre arrivee en centre-ville, nous avons tous trois ete bouleverses par le desoeuvrement des Aborigenes, errant sans but et sans chaussures, et pour qui le mot "deracines" semble prendre tout son sens. (photo ci-contre, detail d'une fresque aborigene) Peuple des origines, ils occupaient cette terre avant l'arrivee des Europeens au XVIIIeme siecle. Chasseurs et cueilleurs, ces nomades avaient un impact faible sur leur environnement. De toute evidence, leur place n'est pas sur le parking d'un supermarche, en proie a des problemes sociaux ou d'alcoolisme, mais dans le "bush", dont quelques terres leurs ont ete retrocedees.

Des le lendemain, notre voiture de location nous a amene 450kms au sud d'Alice, jusqu'a Ayers Rock, rocher symbolisant  a lui seul l'Australie. Pour les Aborigenes, qui lui donnent le nom d'Uluru, il possede une importance sacree. Visible a des kilometres a la ronde, ce megalithe de 3.6kms de long, haut de 348m, impose sa puissance magique a quiconque le regarde rougir sous le soleil couchant. Nous avons respecte le souhait des Aborigenes, et nous sommes abstenus d'en faire l'ascension (au grand bonheur d'Emilie !) pour nous contenter d'une belle randonnee tout autour (10kms), commencee a 6h du matin pour eviter la chaleur.  Heureusement, pour cette marche, nous etions bien entoures : d'insupportables mouches nous accompagnerent. Imaginez-les, nous tournant autour, rentrant dans nos narines, penetrant sous nos lunettes de soleil : un enfer ! (AVIS a tous ceux qui pensent immediatement que l'on pue a 10 kms a la ronde, detrompez-vous : on brille autant qu'a notre depart !).
Loin d'etre uniforme, Uluru presente une gamme d'ocres-brun, des plis, des stries et des grottes abritant des peintures rupestres (feuillages, personnages, animaux).
Plus loin, un autre groupe de monolithes se dresse sur l'horizon. C'est Kata Tjuta qui signifie "beaucoup de tetes" et occupe, comme Uluru, une place importante dans la tjukurpa (loi, religion, culture des Aborigenes). Lors de notre randonnee sur ce site, nous avons sinue a travers d'impressionnantes gorges et blocs aux formes surrealistes. Nous avons pu apprecier la solitude de l'endroit, loin des foules d'Uluru, ecouter le vent s'engouffrer dans la vallee, observer les nombreux oiseaux colores venus nous saluer.
Enfin, pour notre derniere etape de decouverte de l'outback, nous avons fait un p'tit  detour de 400kms pour nous rendre a Kings Canyon, joyau mineral qui fut pour nous le cadre d'une randonnee inoubliable. Comble du bonheur, quelques nuages sont venus nous proteger des rayons assassins du soleil (oui, on sait, on est un peu gonfles d'ecrire ca... Pour vous rassurer, dans l'apres-midi, le thermometre est monte jusque 56 degres  au soleil!  Alors vive les nuages!).


Nous sommes a present de retour a Alice Springs, qui n'a toujours de joli que son nom. Pour l'anecdote, la riviere Todd a coule hier, suite a un orage nocturne (bapteme du camping sous la pluie obtenu pour Emilie)
La riviere n'avait pas coule depuis 2 ans ! Quel regain de vie ! Il fallait voir la joie des enfants s'amusant dans l'eau ! Pour nous,ce fut l'occasion d'une chouette promenade dominicale le long du cours d'eau.
Ce matin, un lapin a tue un chasseur, euh ! pardon, Helene s'en est allee, le coeur charge, vers d'autres horizons. Notre route continuera demain, mardi 9, vers Cairns.
Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 23:00

BONNE ANNEE A TOUS ! Que 2007 soit pour chacun de vous l'occasion de rever, de voyager.... Le monde vous souhaite tout son bonheur !

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article
30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 04:15

Samedi 23/12/06, nous avons eu la joie de retrouver Helene et depuis nous n'avons pas chômé... d'ou notre long silence ! Nous avons decouvert ensemble Perth, qui est sans doute l'une des villes les plus agreables du monde : climat ideal, calme, espace verts, quartier d'affaires tres branche. Tout est impeccable et quand on vient de Bangkok, forcement, ca contraste ! Le centre-ville, pare de decorations de Noel nous rappelle a quelle epoque de l'annee nous sommes (car bizarrement, on se sent decales...).

En tenant compte du cout de la vie et de la taille du pays,  la location d'une voiture nous a sembles etre le meilleur moyen de decouvrir la cote Ouest. Ainsi, des le lendemain, et apres une bonne nuit de sommeil pour Helene (necessaire pour recuperer de ses 48h de voyage depuis Paris et via Hong-Kong), nous sommes partis a la conquete de l'Ouest.
Dans l'arriere-pays, a 50kms du littoral, on passe dans un tout autre monde, celui du bush, avec ses routes interminables, ses paysages monotones (mais neanmoins superbes), ses kangourous et ses corbeaux, et ses kilometres qui n'en finissent plus... De temps a autre, on croise une voiture ou un road-train (gigantesque camion de 37 metres de long, sillonant le pays) et on se fait forcement signe de la main comme pour renouer un contact humain dans ce desert. Si on vous dit qu'il n'y a que 20 millions d'Australiens, vous comprendrez aisement que l'on ne rencontre pas grand monde sur les routes. Les rares stations-services (mieux vaut prevoir son plein d'essence a l'avance ici ! Les villes sont parfois distantes de 400 kms, sans rien entre deux!), apparaissent comme des fantomes sans vie dans ces paysages brules par le soleil.

En 6 jours, nous avons parcouru 2230 kms, reliant Perth a Monkey Mia, celebre pour ses dauphins. C'est en regardant notre parcours sur une carte que l'on mesure la taille dementielle du pays (mais on a rencontre des furieux qui avaient parcouru 25 000 kms en longeant les cotes!).
Chaque jour, nous quittions le bush et la route principale du pays (celle qui en fait le tour) pour decouvrir un paysage maritime toujours plus beau. L'Ocean Indien nous a offert ses plus beaux camaieux de bleus, et sa plus pure transparence : pour nous du jamais vu ! Les plages australiennes, si sauvages, nous ont tout de suite enchantes. Mais c'est peut-etre lorsque le soleil se couche sur l'ocean (cote ouest oblige !), que le ciel se teinte de pourpre, de rose et de violet, que les plages sont les plus belles. Nous avons vu nos plus beaux couchers de soleil ici, et ne sommes pas prets de les oublier.

Et pour continuer dans l'inedit, Emilie a decouvert le camping (Helene avait notre tente dans ses bagages, et nous l'avons inauguree la veille de Noel) et se rejouit chaque soir de dormir sous la toile et les etoiles. L'Australie est un immense camping, et avec une voiture, rien n'est plus facile. Quelle joie de prendre son petit-dejeuner dehors ou de reveillonner au bord de l'ocean.

En arrivant en Australie, nous avons decouvert 2 choses, qui se confirment tous les jours :
- la gentillesse des Aussies, qui sourient toujours, partagent un plat de crevettes grillees avec nous pour Noel, et passent leurs journees a nous demander si tout va bien.
- la chaleur seche et accablante qui ferait passer la Thailande pour un pays tempere. Au nord de Perth, c'est 40 degres a l'ombre tous les jours, un soleil haut des 7h du matin, et notre ombre que nous n'avons jamais vue aussi reduite sous le soleil du midi ! C'est simple, notre peau a desormais la couleur de la terre australienne !
La chaleur en chiffres : 36 degres dans la voiture avec la clim, 54 degres sans ! C'est seulement a la tombee de la nuit que l'on souffle un peu.

     

C'est sous ce cagnard que nous vous avons imagines, deballant vos cadeaux devant une assiette de foie gras. Pour info, voici notre menu de reveillon, simple comme le camping : pain, mais, tomates, jambon et pommes ! Pas de prise de tete pour la maitresse de tente !

Repost 0
Published by Emilie et Loïc - dans Océanie
commenter cet article